Musiques, musiciens...

 


Eric Lecomte

 

Eric Lecomte

Eric Lecomte nous a quitté...


Ce lundi 19 mai 2008 au soir, des suites de sa maladie...

Une émouvante cérémonie, au son des djembés et des dununs, lui rendit un dernier hommage le jeudi 22 mai à Uccle.

Eric

En hommage à Eric, je voudrais partager quelques-uns des moments magiques passés avec lui.

J'ai rencontré Eric dans les années 94-95... J'étais tombé sur un de ses prospectus de cours qu'il laissait à la Médiathèque.


La semaine d'après, je le rencontrais à son cours, au Kaputt, au 12 de la rue Saint-Quentin ! Rien que l'endroit donnait déjà une idée de la philosophie de vie d'Eric !

Le Kaputt, c'était une association culturelle, créée suite à l'expropriation de plusieurs îlots d'habitation (îlot Stévin) au profit des institutions européennes et des eurocrates. Afin de dénoncer la politique immobilière et de faire connaître le quartier au grand public, le Kaputt revitalisait le quartier via des activités culturelles.

Le Kaputt avait entre autres squatté une maison et y avait installé une table d'hôte ! On y trouvait un grand buffet couvert de plats... Tout le mobilier et la vaisselle était de bric et de broc ! On payait ce qu'on voulait, en fonction de sa satisfaction du repas ! C'était un lieu magique, hors norme et d'une convivialité rare !

Eric était de la partie bien sûr ! Il donnait cours de djembé à l'étage ! Passionné de musique africaine, il l'avait dans le sang !

Il y organisait ses cours avec une énergie peu commune ! Seul un passionné comme lui pouvait se décarcasser avec une telle ténacité ! Jugez du peu : il n'avait pas assez de djembés pour tous ses élèves.. et n'avait pas de voiture ! Et donc, de 1 à 2 fois par semaine, semaine après semaine, il devait trouver à prêter une voiture et quelques djembés, et venir aves ses propres djembés et ses douns au Kaputt !

Eric, c'était le roi de la débrouille ! Tout cela n'était possible que grâce à tout son réseau d'amis et de connaissances !

Plus tard, quand le Kaputt ferma, Eric organisa ses cours... chez lui, dans son propre salon, rue de Pascale !!!!

Et on continuait à s'enfoncer dans le surréalisme ! Car le jour des cours, quand on arrivait au bas de la rue, déjà à 30 maisons de distance, on était en Afrique ! On entendait les djembés ! Alors qu'ils étaient à l'intérieur, au 5ème étage, toutes fenêtres fermées !

Dans la maison, c'était un tonnerre du diable ! Eric n'avait pas toujours assez de chaises pour les élèves... J'ai une fois été en demander une au voisin du dessous, alors que le cours avait commencé... Imaginez 10 djembés et un plancher en bois... Chez le voisin en question, le lustre se balançait et tout tremblait sur les étagères et dans les armoires !

Mais Eric avait conclu un accord avec les voisins sur les jours et les heures... Heureusement, tous les voisins étaient musiciens !

Chez Eric, on était chez soi ! On pouvait débarquer à toute heure du jour ou de la nuit ! C'était un grand coeur toujours prêt à aider les autres !

Quand on avait besoin d'un soliste en dernière minute (et j'insiste sur le dernière minute :-) ) , il répondait toujours présent avec le sourire, et on l'embarquait, qui pour un concert à Charleroi, qui pour accompagner un cours de danse...

Eric démarra aussi le premier cours de djembé en entreprise, à l'heure du midi, au Crédit Communal de Belgique ! Avec toujours la même "expédition" à monter : trouver un copain avec une voiture, des djembés, tout transporter... C'était un fou, un passionné !!

Eric fut aussi le premier percussionniste de djembé belge à avoir son site web, en 1996 ! Internet n'étant pas encore connu comme aujourd'hui, mais il voulait toujours apprendre et être dynamique, en avant !

Eric, c'était le coeur sur la main, mais aussi la simplicité, la discrétion et la modestie, comme tous les grands !

Tu vas nous manquer, Chienchien !

Fais nous vibrer en faisant de la percu dans les nuages, avec les éclairs et le tonnerre !

Ndawa




J'ai également connu Eric au Kaputt, à la même période. Je l'ai vu donner ses cours de djembe, accompagner Brigitte à son cours aussi... Voilà comment ça a commencé pour moi! :o)

Je garde un bon souvenir de lui... Il y a quelques années, j'étais avec mon petit-ami, percussionniste aussi. Nous étions à une soirée avec Eric.

Mon petit-ami lui dit qu'il aime sa chemise... Sans hésiter, Eric l'a enlevée et lui a dit: "Tiens, c'est pour toi".

8 ans plus tard, il a toujours cette chemise noire, aux manches courtes... Elle a encore plus de valeur aujourd'hui !! Encore merci pour cet hommage.

Nous n'oublierons jamais Chienchien...

Kristina





Si vous souhaitez ajouter quelque chose pour Eric, n'hésitez pas à m'envoyer un mail !

Début  

 


Kamini

 


Copyright © 2019 - Pragmasoft - CMS Sophia 2.08